Hugo Laporte

Baryton

« L’un des artistes lyriques les plus prometteurs de sa génération »

Biographie

Reconnu pour l’élégance de son chant, son timbre velouté et son charisme sur scène, le jeune baryton québécois Hugo Laporte est lauréat de nombreux concours dont le Prix « Teatro alla Scala » au Concours Belvedere en Autriche, le Grand prix au Concours OSM Manuvie, 1er prix au Concours de musique du Canada, 1er prix au Concours d’interprétation de l’Anthologie de la musique québécoise, 3e prix au Prix d’Europe et 3e prix au Concours international de Marmande (catégorie mélodie). En tant que « Jeune espoir lyrique canadien », il développe sa carrière internationale grâce au soutien des Jeunes ambassadeurs lyriques. Hugo Laporte fera ses débuts à La Scala de Milan en 2023.

Malgré de nombreux projets annulés en raison de la pandémie, le baryton reste très actif sur la scène lyrique avec notamment: le rôle de Figaro (Il barbiere di Siviglia) et Belcore (L’elisir d’amore) à l’Opéra de Québec, la « Grande Messe » en ut mineur de Mozart sous la direction de Yannick Nézet-Séguin au Festival Classica, le rôle du Valet (Peau d’Âne – Mailloux) au Festival d’Opéra de Québec, le Messie de Händel avec l’Orchestre classique de Montréal, le concert-gala de l’Opéra de Québec et les Liebeslieder de Brahms au Festival Classica. Il participe présentement à l’enregistrement de l’intégrale des mélodies de Jules Massenet, sur l’étiquette ATMA Classique, aux côtés de nombreux artistes lyriques de renom.

Parmi ses engagements passés, soulignons son incarnation ovationnée du Fantôme (Le Fantôme de l’opéra – version concert) dans son adaptation française officielle, au Théâtre St-Denis et au Grand Théâtre de Québec en 2020, et en 2018 au Monument National. En début de saison 2018/19, il est salué unanimement par la critique pour sa voix “homogène, chaude et bien timbrée” dans le rôle de Albert (Werther). Également en 2018, il fait ses débuts remarqués à l’Opéra de Montréal en Mercutio (Roméo et Juliette) et à l’Opéra de Massy en Schaunard (La Bohème).

Lors de saisons passées de nombreux rôles lui ont été confiés, tels que Figaro (Le Barbier de Séville) et Escamillo (Carmen) à la Société d’art lyrique du Royaume, Moralès et Dancaïre (Carmen) au Theater Regensburg et à l’OSM. Régulièrement invité en concert au Canada, en Europe et en Asie, il a collaboré avec des ensembles tels que le Deutsche Radio Philharmonie, le Staatsphilharmonie Nürnberg, l’Opéra-Hélikon de Moscou, l’Opéra national de Biélorussie, les orchestres symphoniques de Montréal, Québec, Sherbrooke, Gatineau, Terre-Neuve et Longueuil; l’Orchestre du Centre National des Arts, Clavecin en concert, l’ensemble le Rhapsodes, l’Ensemble Sinfonia et le Choeur classique de Montréal, la Sinfonia de Lanaudière; des théâtres tels que le Teatro comunale di Bologna, le Théâtre Daning de Shanghai, le Grand Théâtre de Quindao, le Grand Théâtre de Baotou; et des festivals tels que le Festival de Lanaudière, le Virée classique de l’OSM, le Festival Bach de Montréal, le Festival d’Opéra de Québec le Festival Orford et le FestivalOpéra de Saint-Eustache.

Également apprécié dans le répertoire sacré, il interprète régulièrement des œuvres telles que le Requiem de Fauré, le Requiem allemand de Brahms, le Requiem de Duruflé, la Passion selon saint Matthieu de J.S. Bach, la Petite messe solennelle de Rossini, la Messe solennelle de Sainte-Cécile de Gounod, et le In Terra Pax de G. Finzi.

M. Laporte détient une maîtrise en musique avec mention au tableau d’honneur, sous la tutelle de la soprano Patricia Fournier, à l’Université Laval. Il s’est également perfectionné auprès d’enseignants réputés dont Ghinka Radilova, Antonio Carangelo et Benita Valente. M. Laporte est boursier du Conseil des Arts et des Lettres du Québec. Il tient à remercier la Relève musicale de Québec pour leur soutien durant ses études, et les Jeunes ambassadeurs lyriques pour leur important soutien au développement de sa carrière à l’international.

Critiques

« Le Belcore d’Hugo Laporte plane pour sa part sur les cimes : somptuosité des moyens, élégance du phrasé, suprême intelligence musicale. Il parvient de surcroît à traduire avec éloquence l’amusante fatuité du sergent »

Avant Scène Opéra, Louis Bilodeau
Belcore (L’elisir d’amore, Opéra de Québec, octobre 2021)

« Hugo Laporte, toujours vocalement irréprochable, a fait preuve d’un grand sens comique dans le rôle de Belcore, le sergent imbu de sa personne et sûr du prestige de son uniforme auprès de la gent féminine. »

Opera Canada, Irène Brisson
Belcore (L’elisir d’amore, Opéra de Québec, octobre 2021)

« Brille le Mercutio étincelant de Hugo Laporte, dont la Ballade de la reine Mab est un modèle d’élégance. À une diction parfaite il joint l’élégance du style et la pure beauté sonore, qualités que l’on retrouve dans son duel avec Tybalt et au moment de sa mort. »

Avant Scène Opéra, Louis Bilodeau
Mercutio (Roméo et Juliette, Opéra de Montréal, mai 2018)

» D’entrée de jeu, le prodigieux baryton Hugo Laporte remplit la scène en entier par son charisme: voix puissante, jeu d’acteur convainquant, contact avec le public instantané «

L’Opéra: Revue québécoise d’art lyrique, Bernard Côté
Concert Hugo Laporte et ses amis au FestivalOpéra de St-Eustache

» Une distribution du tonnerre […] Hugo Laporte, exceptionnel dans la peau du Fantôme. Sa voix puissante et solide, mais aussi son jeu convaincant en font un maestro à la fois mystérieux, effrayant et sensible. «

Musical Avenue, Nathalie Katinakis
Fantôme (Le Fantôme de l’opéra, Orchestre de la francophonie, juillet 2018)

» Laporte démontre une belle homogénéité dans son registre, les aigus gardant leur pleine couleur de baryton. La qualité des voyelles françaises est également une de ses forces. «

Ludwig van Montréal, Samuel Croteau
Albert (Werther, Opéra de Québec, octobre 2018) 

» Une digne contribution québécoise […] Impeccable aussi, le choix d’Hugo Laporte pour ces chants, car le baryton se distingue par un ton chaleureux, un chant noble (Noël nouvelet), jamais précieux, et, surtout, une excellente prononciation «

Le Devoir, Christophe Huss
Noël Euroradio (décembre 2018) 

» Hugo Laporte est un Albert de grande classe, qui porte beau et à la riche voix de baryton d’une parfaite homogénéité. «

Avant Scène Opéra, Louis Bilodeau
Albert (Werther, Opéra de Québec, octobre 2018) 

» Brillante[..] prestation[…] du baryton Hugo Laporte. [Il] propose une incarnation nuancée du mari de Charlotte, avec une voix chaude et bien timbrée «

Bachtrack, Emmanuel Bernier
Albert (Werther, Opéra de Québec, octobre 2018) 

Prochaines prestations

Contact